shutterstock_1043814094.jpg

Haut Potentiel                             Intellectuel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le sens de la psychologie, c'est une personne avec un coefficient d'intelligence (QI) supérieur à 130. Mais ce n'est pas le seul critère pour définir un haut potentiel.

Le HPI n'est pas une maladie, ni une pathologie, ni une maladie ou un trouble. C'est un état ou fonctionnement atypique, sortant de la norme, mais pas anormal.

HPI versus TDAH

Le neurofeedback est très intéressant lorsqu'il s'agit de vouloir réduire le niveau de stress et d'anxiété des hauts potentiels. Ainsi, cette technique peut convenir aux surdoués majoritairement hypersensibles et qui rencontrent souvent des difficultés à gérer leurs émotions. Ce que l'on rencontre chez les enfants avec des troubles du déficit de l'attention.

Le NEUROFEEDBACK est une méthode indolore et non-invasive basée sur le principe de la neuroplasticité. Le Neurofeedback a pour fonction d’aider le cerveau à s’auto-réorganiser. Au moyen de capteurs posés sur le crâne, un ordinateur analyse l’activité électrique du cerveau et lui renvoie en retour des informations sur son propre fonctionnement. C’est cette notion de retour d’information qu’exprime le terme de « feedback ». C’est la répétition de ce « feedback » qui génère un changement positif au fil de quelques séances. Il est durable grâce à un nombre suffisant de séances pour consolider les acquis

iStock-1269809545.jpg

SOLUTION

LE NEUROFEEDBACK

Pour rétablir ou reconnecter les canaux du cerveau, nous faisons usage du Neurofeedback. Ce traitement stimule le métabolisme et le flux sanguin, renforce les connexions dendritiques ainsi que le fonctionnement des neurotransmetteurs, ce qui explique l’amélioration de la capacité du patient à mener à bien des tâches cognitives avec succès.

 

Le traitement avec EEG Neurofeedback est basé sur la théorie qu’une fois que les individus comprennent leur activité cérébrale et apprendre à manipuler leurs propres ondes cérébrales, ils seront capables de continuer à le faire, longtemps après que la thérapie a pris fin. Certaines études ont suivi les patients pendant près de 10 ans après avoir été traités avec le Neurofeedback EEG et n’ont montré aucune perte significative de gains de traitement.